Malala, une audace noble.

Il n’y a pas uniquement à avoir un âge avance ou être président d’une puissante pour être reconnu. Il y a surtout à être déterminer et faire de façon pure, comme un enfant ce qu’on pense juste et qui surtout se doit de l’être. Une reconnaissance n’est pas indispensable mais arrive toujours, surtout que ce n’est pas la première.

Malala, une audace noble

Malala, une audace noble

« Pourquoi est-il si simple de donner des armes plutôt que des livres? Pourquoi est-il si simple de construire des tanks plutôt que des écoles? Nous vivons dans les temps modernes et nous croyons que rien n’est impossible… » voilà les mots plus tôt à Oslo de Malala Yousafzai, la jeune pakistanaise qui est passe de l’audace a la concrétisation petit à petit d’un rêve pou beaucoup d’enfants. Sa jeunesse et comme le disent d’autres sa naïveté devant son indignation face à la conquête de la planète Mars pendant que beaucoup d’enfants et en grand nombre de filles (60 millions) ne sont pas scolarisées. La jeune leader internationale voulue, pour sa résistance face aux talibans on s’en rappelle tous, en tout cas plus aujourd’hui ne serait pas là, car ayant failli être tue, est d’une maturité infantile, haute de ses 17 ans. Elle dit comme elle le pense et du fond du cœur des mots qui touchent. Elle associe à sa cause d’autres enfants de partout du monde. L’éducation est une arme massive de développement, elle l’a compris et voilà son combat, bien récompensé par ce Nobel de la paix.

Recevant cette distinction en même temps que Kailash Satyarthi, défenseur de l’enfance libre, heureuse et épanouie, elle se dit être heureuse de pouvoir œuvrer la main dans celle de cet aine pour un combat plus grand. Elle versera donc toute la cagnotte de ce prix a sa fondation pour aider dans cette lutte. Quand le monde entier reste silencieux, une seule voix peut faire la différence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *