Une histoire de fesses

Avoir de beaux vêtements c’est bien, mais un corps qui les met en valeur, c’est meilleur. Et qui ne s’arrête pas devant un spectacle aussi beau de la nature ? Quoique l’artificiel cohabite et fait de plus en plus concurrence avec les fesses bio… Ici vous suivrez un parcours de fesses, et on y va.

Celle ci a des fesses dont je ne connais pas la nature. (Photo libre)

Celle-ci a des fesses dont je ne connais pas la nature. (Photo libre)

L’autre, il a déjà tout dit dans sa chanson.
Faut avoir un joli derrière pour venir dans ma case.
Mais pardon, un derrière sans assaisonnement.
Parce que par les temps qui courent, gagner mari est devenu compétition.
Tellement c’est pas facile que tous les moyens soient bons.
Eux aussi, c’est pas avec leurs yeux ils font qualification au tour suivant?
Donc, les gos sont avertis.
Elles commencent d’abord par l’affaire de fausses fesses là, qui était bien à la mode à Ouaga, vacances passées là.
Si ça continue, j’en sais rien, mais il y a des chances que oui. Le trompe-l’oeil a été un succès, le qualifié est acquis.
Le passeport en main pour les demi-finales, là le niveau est élevé.
Le gars,à présent laisse la vue et passe au toucher.
Laquelle va risquer de se faire ridiculiser par une mauvaise publicité?
Parce qu’on dit que les femmes parlent beaucoup, ce qui est vrai.
Mais les hommes aussi parlent un peu parfois, surtout dans des cas comme ça.
Donc, elles ont cherché longtemps (qui a dit que les chercheurs et scientifiques, ils sont seulement dans les labos des universités?)
Et comme qui cherche trouve, voilà, elles sont passées au haut niveau, le cube magie qui à l’origine est un bouillon de cuisine, injecté dans les muscles fessiers. Sinon, les Kinoises elles préfèreraient le C4 (de la vitamine en temps normal).
Comment elles en sont arrivées à ça?
La première à faire l’expérience a été inspirée comment?
Bref, faudra s’arrêter avec ces questions, je risque de chercher longtemps.
Et voilà le nouveau phénomène chez les soeurs-là, de Dakar à Brazza, c’est les FMM, entendez Fesses Macro Modifiées,
de toutes les façons qui aurait voulu une modification micro? Ni elles, ni eux…
C’est donc gagnant gagnant.
Quoique ce que vous gagnez mesdemoiselles et mesdames, c’est juste le regard admiratif de ces gentlemans.
Parce que si elles font autant d’efforts et prennent autant de risques, c’est pour être remarquées.
Mais tous les risques valent-ils la peine d’être pris?
Pensez à votre santé, à vous en premier; oui, soyez égoïstes des fois. Parce que tout ça c’est bien beau, bien inspirant et tout ce qu’on veut, mais entre des fesses modifiées et de naissance, ils choisiront toujours de naissance, ça implique moins de dépenses.

Et puisqu’on a commencé par une chanson, on va finir par une autre dans laquelle elle (l’artiste est une femme) confirme que ça peut être petit et cogner fort.

A bonnes lectrices, salut.

4 réflexions au sujet de « Une histoire de fesses »

  1. C’est réellement regrettable que nos copines, sœurs et mères s’adonnent à de telle pratique, qui a la longue met leurs santés en péril. Certes, c’est un canon de beauté qui se très plébiscité par bon nombre d’africains. Mais il ne faudrait pas se mettre en danger pour juste plaire. C’est pathétique.
    L’heure est a une plus grande prise de conscience sur le phénomène, dont dans mon article sur la question des fesses dodues : mode ou déperdition(http://kibaruonline.mondoblog.org/africaines-aux-fesses-dodues-mode-ou-deperdition/).
    Alors fesses dodues ou pas, chacun voit midi a sa porte….

  2. Ici à Lomé, c est courant de s injecter des substances pour de grosses fesses. Il Ya un réel risque de Santé. Toute femme a deS atouts et des défaut. Il faut s accepter ainsi. Mettre en valeur ses atouts et faire du trompe œil aux défaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *